Like
Like Love Haha Wow Sad Angry

Il semble que l’ère du temps mélange la réalité et l’art en un simulacre cinématographique. La transition de James Wan dans la cour des grands blockbusters avait longuement été attendue, son film étant annoncé comme le sauveur de l’univers DC, et l’entièreté du projet était redouté par les fans. Au QG chez DC, qui subi actuellement une crise d’identité sur ses projets de crossover, le succès d’Aquaman démontrerait si l’univers cinématographique DC peut exister ou non dans un monde qui a vécu le fiasco de Justice League (2017). Une grande responsabilité reposait sur les épaules d’Arthur Curry, qui sert de lien entre deux mondes. Beaucoup de choses ont été faites sous la réalisation de James Wan pour réorienter la franchise dans “une” bonne direction, en continuant sur la lancée magnifique de Wonder Woman (2017) de Patty Jenkins, dont la contribution pour l’industrie du cinéma dépasse même le pouvoir de Diana Prince sur l’écran.

Amber Heard, James Wan (qui cadre son plan), Jason Momoa et Willem Defoe entre deux prises.

Beaucoup de choses dépendaient du projet Aquaman et le résultat est relativement satisfaisant. Arthur Curry, à nouveau incarné par le charismatique Jason Momoa, est l’héritier en ligne directe du trône de l’Atlantide; il est le seul lien entre l’Atlantide et les terriens. Son implication dans un monde qui l’a exclu devient nécessaire après que son frère Orm (joué par Patrick Wilson, acteur récurrent dans tous les films de James Wan) prépare une guerre contre le peuple de la surface. Parmi tous les problèmes qui se présentent, un mercenaire (Yahya Abdul-Mateen II) mène également une quête de vengeance contre Arthur Curry. La distribution des rôles est impressionnante. Amber Heard est de retour dans le rôle de Mera, après avoir fait une petite apparition dans Justice League, et elle sert pratiquement de seul lien avec celui-ci. Willem Defoe incarne un mentor pour Arthur, et Nicole Kidman incarne Atlanna, la mère d’Aquaman. Je vous garde quelques autres surprises parmi les noms…

Yahya Abdul-Mateen II incarne le mercenaire Black Mantha, en pleine construction de son armure.

Ce film assume pleinement son aspect “bande dessinée sur le grand écran”. Est-ce une bonne chose ou non? Cela dépendra de vos attentes du film. Mis à part une ligne de dialogue qui brouille la continuité avec Justice League, Aquaman est assume entièrement sa fantaisie qui fuse dans tous les sens. Les pieuvres jouent des percussions, des tableaux de stats et “pouvoirs” s’affichent devant deux combattants juste avant une confrontation dans l’arène de gladiateurs, les méchants hurlent des cris de guerre et vocifèrent leurs propres noms. L’intrigue nous emmène des profondeurs de l’Atlantide, au désert du Sahara en passant par ce qui ressemble à la Sicile (qui semblerait plutôt avoir été tourné en Grèce). Skylar Grey fournit une chanson originale puissante qui incarne pleinement le grandiose, omniprésent durant le film.

Orm (Patrick Wilson), Roi d’Atlantide et demi-frère de Arthur Curry

Peut-être que le film veut en faire un poil de trop? Les personnages et les implications de Orm et de Black Manta ont tous deux très bien été intégrés dans l’épopée, mais en plus de 140 minutes, il se passe tellement de choses dans Aquaman que je ne voudrais pas voir une version encore plus longue que celle qui est présentée. (Vous pensiez que le combat de la Trinité de Batman, Superman et Wonder Woman contre  Doomsday était grandiose dans le troisième acte de Batman v Superman? Attendez et vous verrez, le climax dans Aquaman fait passer cette querelle comme une partie d’échecs). Soyez conscients de ce que vous voulez voir. Si quelque chose peut être rendu encore plus majestueux à l’écran, Aquaman le fait et s’approprie pleinement cette notion avec bravoure.

Personnellement, je ne pense pas que celui-ci soit aussi bien construit que Wonder Woman ou que ce soit aussi bluffant que Man of Steel. Cela dit, l’univers du cinéma de DC est entre de bonnes mains avec James Wan et Patty Jenkins aux commandes de leurs franchises respectives. J’espère vraiment que Ben Affleck et Henry Cavill pourront réendosser leurs capes dans de futurs films individuels ainsi que lors des prochaines apparitions de la Justice League.

 

 

Commentaires